Economie de l’Espagne (économie espagnole)

1) Présentation générale de l’économie espagnole


La politique économique menée depuis 1996, fondée sur la libéralisation, l’ouverture vers l’extérieur et la réduction des déficits, a donné de bons résultats. Une politique budgétaire et monétaire rigoureuse a permis de lutter contre le chômage élevé et l’inflation.

La structure de l’économie espagnole est celle d’un pays industrialisé : le secteur tertiaire suivi du secteur secondaire constituent à eux deux 96 % du PNB. L’agriculture est un secteur en déclin. Le potentiel de croissance est encore très élevé dans divers secteurs industriels (industrie automobile, télécommunication et environnement), étant donné que le niveau de consommation par habitant est relativement peu élevé par rapport aux autres pays européens.

a) Agriculture
L’agriculture occupe 7% de la population active et contribue pour 4% au PNB du pays.
Bien que se modernisant, l’agriculture espagnole reste globalement encore peu productive, et ne permet pas à l’Espagne d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. Les terres cultivées représentent 41 % de la superficie du pays.

Le milieu naturel espagnol se caractérise par de nombreux handicaps : altitude (plus de 60 % >600 m), pentes, pauvreté des sols. La climatologie montre une grande diversité, depuis le régime quasi tropical du Sud-Est à celui de haute montagne des Pyrénées ou du système central. Globalement, il est marqué par une pluviométrie réduite. Dans ce contexte, l’intervention humaine a créé une mosaïque de paysages agricoles et introduit des cultures très diversifiées. Les principales cultures sont l’orge (4ème rang mondial), le blé, le maïs, la betterave à sucre, la pomme de terre, la vigne (3ème rang mondial pour la production de vin derrière la France et l’Italie), l’olivier (1er producteur mondial d’huile d’olive).
L’Espagne pratique la culture intensive sous serre d’une grande variété de primeurs (fruits et légumes) destinés à l’exportation. La récolte des oranges (5ème rang mondial pour la production, 1er rang pour l’exportation), lui procure des revenus non négligeables. La Catalogne, les régions de Murcie et Valence sont les plus productives dans ce domaine. Les cultures maraîchères sont largement destinées à l’exportationvers l’Union européenne, et sont concentrées le long du littoral méditerranéen, de Valence à Malaga, ainsi qu’à Huelva (fraises), sur l’Atlantique, à la frontière du Portugal.

Le cheptel se compose de bovins, d’ovins (la production ovine et caprine représentent aujourd’hui 25 % de la production communautaire) et de porcins (2ème rang des producteurs européens). La pêche est également très active.

b) Energies et Industries
Ce secteur occupe 29% de la population active et contribue pour 31% au PNB du pays.
L’Espagne figure parmi les pays les plus autosuffisants de l’UE en matière d’extraction non énergétique. Elle possède des exploitations minières (charbon, lignite, fer, uranium, mercure, zinc, wolfram, plomb, cuivre, saline, potasse) mais celles-ci ne survivent que grâce aux subventions publiques. De ce fait, l’Espagne reste importatrice de mineraies. L’Espagne est le premier producteur de granite et le second de marbre.

L’industrie est diversifiée et concerne les secteurs suivants : textile (Catalogne), chaussures, agroalimentaire, sidérurgie (Pays Basque et aux Asturies), métallurgie, chimie, construction automobile et navale. L’Espagne est le troisième producteur automobile en Europe (derrière l’Allemagne et la France) et le cinquième à l’échelle mondiale.

c) Services
Les services occupent 64% de la population active et contribuent pour 65% au PNB du pays.
Le secteur tertiaire se caractérise par un grand nombre de personnes employées dans l’administration publique et dans le tourisme. Ce dernier est le moteur économique des régions telles que les îles Baléares, Canaries, et le littoral méditerranéen. Les devises dérivées du tourisme contribuent à freiner le déficit de la balance commerciale. Le tourisme est le principal secteur économique espagnol.

En résumé:
– Commerce extérieur
Les principaux pays-fournisseurs de l’Espagne en 2001 sont la France (16,8 % de ses importations), l’Allemagne (15,5 %), et l’Italie (9 %).
Les principaux pays-clients de l’Espagne sont la France (19,5 % de ses exportations), l’Allemagne (12 %) et le Portugal (10 %).
Investissements directs en Espagne
Les principaux pays investisseurs en Espagne en 2001 sont le Portugal (21,35 % du total des flux d’IDE reçus par l’Espagne), les Etats-Unis (17,11 %), les Pays-Bas (14,48 %), le Luxembourg (9,72 %), la France (9,02 %) et le Royaume-Uni (8,04 %).

2) Principaux indices (en 2001) de l’économie de l’Espagne


comparaison ESPAGNE / FRANCE
P.I.B. (en milliards de $) : 828 contre 1447
P.I.B. / habitant en $ (à parité de pouvoir d’achat) : 20700 contre 24572
Croissance annuelle (%) : 2 contre 1,8
Taux d’Inflation (en %) : 3,5 contre 1,6
Taux de chômage (en %) : 11,45 contre 9
Importations (en millions de $) : 156600 contre 343500
Exportations (en millions de $) : 122200 contre 368000

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *